~ Audition de SOLIDAR Tunisie à la commission INTA du Parlement Européen, le 21 juin 2018 ~

Audition de SOLIDAR Tunisie à la commission INTA du Parlement Européen, le 21 juin 2018


 

Dans le cadre de son suivi des négociations en vue d'un accord de libre-échange entre l'Union Européenne et la Tunisie, la Commission de Commerce International (INTA) du Parlement Européen a organisé une audition en présence des représentants de la société civile : SOLIDAR Tunisie, représentée par sa présidente Lobna Jeribi et du SYNAGRI représenté par son président Karim Daoud en présence du négociateur européen sur l’ALECA.

 

Cette audition qui a eu lieu le 21 juin, a constitué une occasion pour échanger avec les députés et officiels européens à propos de la vision de la société civile tunisienne quant aux négociations ALECA, notamment suite au 2ème round tenu à Tunis.


Cette réunion publique, a été diffusée en direct sur le site du Parlement, sous l’adresse suivante : http://www.europarl.europa.eu/ep-live/en/committees/video?event=20180619-1500-COMMITTEE-INTA-Poldep.


 

L’intervention de Solidar :

 

- Nécessité d’une vision politico-économique en amont et d’un nouveau partenariat entre l’UE/TN, permettant de prendre en compte les spécificités d’une Tunisie en transition démocratique

- Nécessité d’une approche sectorielle, élaborations d’offres émanant des dialogues avec les représentants des métiers/secteurs concernés

- Approche par liste positive et préserver les secteurs sensibles

- Préalables : mobilité, convergence réglementaire et nécessité d’une représentation institutionnelle de la Tunisie pour avis et participation au processus législatif européen, ne plus être candidats aux listes noires/grises au même titre que les états membres, préserver le droit de régulation.


 

L’intervention du Synagri : l’ALECA ne doit pas se contenter d’être un simple accord commercial mais un véritable partenariat gagnant/gagnant


- Dans le cadre d’une vision globale de la politique agricole tunisienne qui reste à définir et qui devra prendre en compte les nombreux défis à relever et parmi eux la libéralisation des échanges, l’ALECA devra être une des composantes de cette vision

- L’ALECA devra prendre en compte les spécificités économiques et sociales de l’agriculture tunisienne et doit pouvoir booster les réformes indispensables

- La nécessite d’informer et de consulter de manière large les agriculteurs dans les régions, et d’obtenir une période de 15ans

- L’UE doit intégrer dans la réforme de la PAC un véritable plan d’appui au développement de l’agriculture à l’instar de ce qui a été fait pour l’Espagne et le Portugal

- De réaliser des études d’impact spécifiques à la Tunisie en collaboration avec des compétences tunisiennes


 

Intervention de la représentante du négociateur européen :

 

- Satisfaite de la transparence des négociations

- L’ALECA n’est pas la panacée du développement

- L’UE soutient toutefois les réformes sectorielles. Une offre substantielle sera bientôt présentée et la période de transition accordée sera plus importante

- Agriculture : programme d’appui à la compétitivité et à la transformation (19 M€) et soutien budgétaire

- Services : certains secteurs sont prometteurs tel que commerce en ligne

- La mobilité est importante, (pour le mode 4 notamment) une proposition d’élaboration de visa Schengen 90 j est en train d’être négociée avec les états membres

- Un nouveau chapitre sur l’énergie sera bientôt publié

- L’avantage comparatif de la Tunisie ne doit plus être le coût du travail mais plutôt la proximité à l’Europe.


 

Intervention du rapporteur de la commission (Mme Lalonde) :

 

- 3ème round prévu en octobre prochain

- Presque 10 ans depuis 2009, la Tunisie vit une consolidation démocratique, toutefois le chômage des jeunes diplômés reste très élevé (30%)

- Cet accord doit permettre à la Tunisie de restaurer son économie

- La Tunisie est une success story du Maghreb qu’il faut appuyer

- L’accord doit être progressif et asymétrique, garantissant le développement durable


 

Intervention des députés européens :

 

- L’ALECA est un accord politique plus qu’économique, qui doit conforter la politique de voisinage

- Nécessité d’évaluation des accords d’association et des études d’impact

- Revenir aux listes positives

- La Tunisie a besoin de prendre son temps